Le panorama animé : la bataille de Champigny

Ecoutez le texte Ecoutez le texte
 

En immersion dans l'histoire du panorama de la bataille de Champigny du 2 décembre 1870 avec une version... animée ! Champigny est le lieu d’une bataille sanglante, du 30 novembre au 2 décembre 1870, pour la défense de Paris pendant la guerre franco-allemande de 1870. Les peintres Detaille et De Neuville capturent ce fragment historique dans une œuvre monumentale présentée à Paris.

Ce panorama colossal de 120 mètres de long et 9 mètres de hauteur est réalisé par les peintres Édouard Detaille et Alphonse De Neuville et relate la violente bataille qui dévasta le village de Champigny pendant la guerre. Les deux peintres se sont inspirés de restitutions photographiques mais aussi de la réalité ! Tous deux combattants de cette guerre, Detaille s’engagea au 8e bataillon d’infanterie mobile et se retrouva même sous les ordres du général Ducrot à Champigny. De Neuville participa à la guerre de 1870 comme garde national à Belleville et au Bourget.

Inauguré le 6 mai 1882 le panorama de Champigny est exposé par la Société du panorama de Paris, de 1882 à 1887, rue de Berri à Paris au Panorama national. Il forme une rotonde agrémentée de décors, d’objets, de reconstitutions théâtrales jouées par des comédiens. Le panorama plonge les spectateurs en plein cœur de la bataille du 2 décembre 1870 ! Le succès du panorama contribue à la renommée de Champigny-la-Bataille.

À la fin du 19e siècle, les panoramas disparaissent. Celui de la bataille de Champigny fut découpé par Detaille lui-même en 65 morceaux et vendu aux enchères entre 1892 et 1896. Les tableaux se retrouvent dispersés à travers le monde ; dans différents musées français, notamment au musée de l'Armée à Paris et chez des particuliers. Le panorama est visible dans son intégralité au travers de gravures publiées dans la presse dans les années 1880-1890… et dans cette version animée !

 

Edouard Detaille et Alphonse de Neuville ont chacun peint d’un côté de l’œuvre se rejoignant au milieu. Les deux panoramistes ont symbolisé leur point de rencontre par deux soldats : un clairon (à gauche, Detaille) qui reçoit d’un soldat blessé (à droite, Neuville, une boîte de cartouches. Une fois découpé, ce tableau se voit attribuer le nom « Le fond de la Giberne ».
 

Édouard Detaille (1848-1912)
Issu d’une famille proche des milieux militaires, Detaille manifeste très tôt dans ses dessins une prédilection pour les sujets liés à l’armée. Renommé pour ses toiles militaires réalistes, par sa valeur du détail historique et de l’authenticité des gestes de ses personnages, Detaille est considéré comme un spécialiste de la peinture militaire. Pendant la guerre de 1870, Detaille s’engage au 8e bataillon d’infanterie mobile et se retrouve sous les ordres du général Ducrot lors de la bataille de Champigny. Il en profite pour prendre des notes et réaliser des esquisses de scènes dont il est témoin.

Lors de ses multiples voyages en Europe aux côtés des troupes expéditionnaires françaises dans les années 1880, il parfaire ses connaissances de l’armée française et peint plus de 390 dessins et aquarelles de Types et uniformes de l’Armée française de Jules Richard. Detaille fut élu membre de l’Académie des beaux-Arts en 1892, président de la Société des artistes français en 1895 et contribua à la création du Musée de l’armée à Paris. 

 


Alphonse de Neuville (1832-1885)
Peintre, dessinateur et illustrateur, Alphonse De Neuville provient du nord de la France. Son talent est mis en lumière par son professeur de dessin lorsqu’il est à l’école des Mousses à Lorient après son baccalauréat. En 1853 il intègre l’école des beaux-arts de Paris et exposa dès 1859 au Salon à Paris où il reçut, pour sa première participation, une médaille de 3e classe et des encouragements d’Eugène Delacroix. Ses illustrations accompagnent les revues et romans de journalistes et d’auteurs comme Jules Verne. Il participe à la guerre franco-allemande comme garde national à Belleville et au Bourget. De 1880 à 1890, Il peint des nombreux épisodes de guerre se rapprochant de la réalité de la guerre peaufinant ses techniques de peinture. C’est à cette époque qu’il peint ses œuvres les plus célèbres qui le font officier de la légion d’honneur en 1881. De 1881 à 1883 il collabore avec Édouard Detaille en peignant les panoramas des batailles de Champigny et Rézonville.

 

 

Documentation et archives : Les archives municipales - Chloé Chotard et Patricia Masson
Scénario : Sophie Durat - journaliste
Voix Off : Félix Dumas
Réalisation et animations : Alireza Mirzaee